En 500 ans de résistance à la colonisation, l'expérience la plus marquante de l'Histoire Guarani a été, indiscutablement, celle réalisé au sein des Missions Jésuites. Appelées par certains historiens de "Républiques Communistes Chrétiennes Guarani", les missions ont été qualifiées par Voltaire de "véritable triomphe de l'humanité".

Au début du XVII°siècle, les Guarani ont cessé d"affronter isolément les expéditions appelées "bandeiras" qui détruisaient leurs villages, les tuaient par milliers et réduisaient en esclavage. Ils se sont alors mis à se réunir au sein des missions, renforçant et organisant ainsi mieux les affrontements.

Les missions jésuites ou vivaient les Guaranis s'étendaient du sud du Brésil au nord de l'Argentine en passant par l'Uruguay, tout le Paraguay et le sud-est de la Bolivie. Malgré quelques impositions religieuses les Guaranis ont pu exercer leurs coutumes et leur économie de la réciprocité dans les missions, qui pouvaient avoir une population dépassant les 25.000 habitants (plus que n'en comptaient São Paulo ou Buenos Aires ).

Dans les missions, ils ont pu développer des technologies avancées dans le domaine de l'architecture, l'ingénierie, la métallurgie, la fabrication d'instruments de musique et l'imprimerie. Pour se faire une idée, les premiers livres imprimés par les missions ont été publiés en 1700 (les deux premiers étant “Martyrologie Romaine” et “Flos Sanctorum”), le Brésil et l'Argentine ont publié leurs premiers livres plus de cent ans plus tard ( en 1808 et 1810, respectivement).

Les missions ont été reconnues par l'Unesco comme Patrimoine de l'Humanité en 1993.

L'épopée des Guaranis, dépeinte dans le film Mission (1986), de Rolland Joffe, a vu le début de son déclin en 1756 quand la Mission de São Gabriel a été mise en échec par les armées du Portugal et de l'Espagne et que le leader Sepé Tiaraju a été assassiné.

En février de cette année là, près de 1500 militants indigènes venus de l'Uruguay, du Brésil, de l'Argentine et du Paraguay se sont retrouvés ou avait eu lieu la mission de São Gabriel pour célébrer la mémoire et la résistance des peuples de la mission ainsi que de leur chef Sepé Tiaraju.

Cette rencontre c'est transformée dans la première Rencontre Continentale Guarani, lors de laquelle, la décision a été prise de récupérer ensemble la force de leur organisation pour faire respecter leur droits et principalement la reconnaissance de leurs terres de la part des États Nationaux.


Les droits des peuples indigènes intéressés par les ressources naturelles existantes sur leurs terres devront recevoir une protection particulière. Ces droits induisent le droit de ces peuples à participer a l'utilisation, l'administration et la conservation des ressources sus-mentionnées.


Article 15 de la Convention 169 de l'Organisation Internationale du Travail – OIT.