La langue du peuple Guarani est l'une des langues indigène les plus parlées sur le continent sud-américain. Selon le recensement de 2002, rien qu'au Paraguay, 60% de la population, (soit près de 3 millions de personnes) a pour langue principale le guarani. La langue guarani appartient à la famille linguistique Tupi-Guarani avec 21 autres langues.

Le premier dictionnaire de la langue guarani a été écrit en 1639 par le Père Antonio Ruiz Montoya. Publié à Madrid, ce dictionnaire de 814 pages comporte plus de 8100 définitions. Ce n'est pas par hasard que sa publication en espagnol a reçu le nom de "Trésor de la langue Guarani".

De nos jours, cela nous paraît incroyable de se dire qu'une langue indigène a pu se maintenir en vie avec autant de force sans aucun moyen de communication de masse.

Le processus ininterrompu de transmission, par la tradition orale, de génération en génération des secrets séculiers de l'économie de la réciprocité, du respect et de l'équilibre avec l'environnement et de la religiosité ont été les principales armes de résistance du peuple Guarani du peuple Guarani.

L'attention accordée à la parole, ses secrets, la valorisation de l'oral au sein de la culture Guarani est due au fait que de peuple croit que la langue parlée lui a été apportée par Dieu. La parole est donc une expression sacrée.

Ainsi, depuis l'arrivée des européens, les Guaranis ont eu pour principales armes leur langue et leur culture. Malgré les préjugés de la société extérieure et les contraintes des États à travers l'éducation scolaire.

La langue Guarani est parlée par tout la population. Son premier dictionnaire a été écrit en l'an 1639 par le père Antonio Ruiz Montoya (ci-contre, un fac-similé de la couverture).


La langue Guarani est parlée par tout la population.
Son premier dictionnaire a été écrit en l'an 1639 par le père Antonio Ruiz Montoya (ci-contre, un fac-similé de la couverture).